Amour, fidélité et hypocrisie

L’amour peut-il être enfermé ou contenu dans une relation exclusive à vie, alors même que la bible regorge de textes décrivant des relations polygames ? Cette question récurrente fait remonter l’une des plus grandes hypocrisies de notre société bien pensante : La notion de fidélité.

Faut-il être fidèle à soi-même ou à son conjoint ? Il s’avère que les deux sont rarement compatibles et que l’être humain finit presque toujours par trahir… ou par se trahir. Personnellement je pense que l’exclusivité amoureuse imposée sous forme de contrat est une imposture à la nature humaine. Vouloir figer des sentiments est profondément irrespectueux et contre-nature.

Concrètement, je suis le confident de nombreuses personnes (hommes et femmes) venant m’exposer leur réalité difficile, une réalité souvent très éloignée de la promesse faite un jour d’aimer pour la vie et dans l’exclusivité. J’admire avant tout leur courage, car il n’est pas facile de s’exprimer sur ce thème sans être tiraillé par la culpabilité et submergé par un profond sentiment d’impuissance. La question lancinante est presque toujours la même : Dois-je écouter mon coeur ou respecter ma promesse ?

Bon nombre franchissent le pas d’écouter leur coeur en secret tout en respectant le contrat dans les apparences. Certains préfèrent la frustration et le font payer à leur conjoint, le rendant responsable de leur propre impuissance. D’autres ont le courage de renier leur promesse, passant ainsi pour des traîtres… Comme on peut le constater, l’engagement du mariage ne peut mener qu’à la souffrance dès l’instant où les sentiments évoluent.

L’amour sous toutes ses formes est fait pour se multiplier. Partagez-le et il se renforce ! Vous n’aimez pas moins vos amis parce que vous en avez plusieurs. Pareil pour vos enfants, parents et pour tous les êtres qui vous sont chers, parfois même plus chers d’ailleurs que peut l’être un(e) partenaire amoureux. Alors pourquoi introduire la notion de possessivité exclusive dans le contexte de la relation amoureuse ? L’enfermement m’apparaît tellement aux antipodes de l’amour.

J’ai vu mourir de nombreuses personnes ayant préféré la maladie à l’écoute de leur coeur. Je ne peux qu’encourager chaque être à se respecter, indépendamment d’un quelconque contrat passé. L’intelligence consiste à grandir de ses expériences et non à s’en faire des prisons. Personne n’est à blâmer. Si l’on aime vraiment, on ne peut qu’accepter que le bonheur de l’autre puisse prendre un chemin différent.

Etre vivant implique le mouvement et l’impermanence. Même si l’amour qui nous habite est immuable, nous sommes en constante mutation, et l’expression de cet amour évolue tout au long de notre vie. Personne ne peut savoir qui il/elle sera demain puisque nous nous construisons en permanence. Nos sentiments sont vivants et ne peuvent être contenus. Seule la mort peut figer une vie terrestre, mais pas un contrat !

Alors, aimez-vous les uns les autres…

Ce contenu a été publié dans Réflexions, Religions-spiritualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Amour, fidélité et hypocrisie

  1. lou dit :

    « Personnellement je pense que l’exclusivité amoureuse imposée sous forme de contrat est une imposture à la nature humaine. Vouloir figer des sentiments est profondément irrespectueux et contre-nature. »
    Vivant en couple,on m’a souvent posé la question « Mais pourquoi vous n’êtes toujours pas mariés? »
    Je n’en ai jamais ressenti le besoin, et je n’ai jamais compris comment l’on pouvait s’engager ainsi dans un moment que l’on pense éternel. J’avais cette intuition depuis l’enfance.
    Alors je répondais par une pirouette, (vous savez, il y a des personnes qui ont besoin de réponses…) « Je préfère avoir un amant, qu’un mari… »…
    Je trouve qu’il est plus honnête de ne rien promettre, de rester fidèle à soi-même. Il faut bien se l’avouer personne ne sait comment évolue les liens, les sentiments, les êtres.
    Il faut également bien reconnaître que la place des femmes dans nos sociétés comme dans d’autres devaient, et doivent encore passer par le mariage, sauver les apparences pour vivre, survivre, mais là c’est un autre sujet…Merci pour cet article.

    • Cat dit :

      Coucou Lou,
      je me suis mariée, et aujourd’hui je suis divorcée..
      et ça ne nous a pas empêché de nous marier Pour la Vie !;-)
      et pour Elle que nous nous sommes séparés.
      de toute façon, il n’y a guère le choix que d’être honnête envers l’autre, comme envers soi-même quand c’est le coeur qui est aux commandes de notre vie.

Les commentaires sont fermés.