Nos chemins qui se croisent

Il est pour beaucoup difficile d’accepter l’idée que nos chemins de vie respectifs puissent prendre des orientations divergentes. Malgré des liens très forts qui peuvent unir parfois certains êtres, que ce soit sur un plan amical, professionnel ou amoureux, la vie démontre que chaque parcours est unique et qu’il est peu fréquent que celui-ci évolue parallèlement à ceux d’autrui durant toute une existence.

cheminsNotre propre chemin, nous le traçons à chaque instant, dans chaque choix, à l’écoute de notre coeur. Nous ne pouvons contrôler à l’avance le cap qu’il prendra demain et tous les jours que nous aurons le bonheur de vivre. Même si nous tentons de l’orienter durablement, nous devons accepter que tout peut influencer sa trajectoire, à chaque instant. Nous ne pouvons imposer une direction pour la vie, même en nous efforçant de marcher sur les pas d’autrui.

Ainsi notre environnement relationnel est en constante évolution et tous chemins qui se croisent finissent immanquablement par prendre des directions divergentes, il s’agit là d’une évidence géométrique. On ne peut à la fois avancer dans sa vie et se figer à l’intersection de deux voies. Le caractère en apparence imprévisible de ces croisées de chemins s’avère être un puissant moteur d’évolution nous remettant sans cesse en question, à chaque rencontre… et à chaque prise de distance également. Toute relation finit immanquablement par se dissoudre un jour et celui qui tente de s’y accrocher s’enferme dans l’illusion et l’attachement. La vie n’existe que dans le mouvement, dans l’impermanence de toute réalité terrestre.

Malheureusement, l’être humain entache souvent une relation qui se termine, comme s’il fallait trouver un responsable à la divergence des orientations de chacun, plutôt que d’accepter que chaque bout de chemin partagé est un enseignement mutuel enrichissant qui fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui. Rien n’est jamais gâché lorsque deux chemins divergent, puisque l’autre d’une certaine manière continue à vivre en nous à travers l’expérience vécue. Il ne tient qu’à nous de l’intégrer afin de lui donner un sens.

L’échec n’existe que dans notre incapacité à grandir de nos relations passées. Nous devrions célébrer chaque séparation au même titre que chaque rapprochement. Pour ma part, j’éprouve toujours beaucoup d’amour et de gratitude à l’égard des personnes qui ont fait partie de ma vie, car même si nos chemins ont pris des directions différentes, la richesse de notre passé commun fait partie intégrante des fondations de l’être que je suis aujourd’hui. L’amour ne se limite pas à la proximité de deux êtres, mais peut se vivre au delà de toute distance prise. Seule la forme change…

Renoncer à suivre sa voie pour marcher sur les pas d’autrui est une forme de reniement de soi, amenant à vivre sa vie par procuration, dans l’illusion que le bonheur ne peut venir que de l’extérieur. Une autre voie peut nous inspirer bien évidemment, mais nous ne devons jamais nous y restreindre ou nous y enfermer. Observer avec détachement un chemin divergeant du nôtre est d’une grande richesse puisqu’il nous amène au questionnement et à la remise en question, mais se contraindre à le suivre aveuglément n’est que pure perte et oubli de soi.

Ce contenu a été publié dans Réflexions, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.