L’illusion d’une solution extérieure

Je suis toujours sidéré de voir à quel point l’être humain s’obstine à attendre des solutions extérieures à ses problèmes dans des institutions politiques, gouvernementales ou religieuses lui promettant monts et merveilles. Dans sa démarche, il cherche en fait à se délester de son pouvoir, car on lui a toujours appris qu’il n’existait pas par lui-même et qu’il ne trouverait son salut qu’à l’extérieur, en bon mouton docile et obéissant.

Mais comment peut-on imaginer une seule seconde qu’une solution puisse venir de l’extérieur ? Comment pourrait-on résoudre un problème personnel en confiant notre propre responsabilité à autrui ? Aucune institution n’est à blâmer car chacune d’elle n’existe que parce que l’être humain la crée comme paravent, afin de se cacher derrière elle, afin de se décharger habilement de ses propres responsabilités et incohérences.

Aucun gouvernement n’est en mesure de solutionner une question que nous fuyons ou que nous occultons. Comment pourrait-on gagner plus, payer moins d’impôts et travailler moins tout en vivant plus longtemps ? Ceci est mathématiquement impossible et même un jeune enfant maîtrisant les additions et soustractions peut s’en rendre compte. Lorsqu’une majorité élit naïvement un chef d’état pour sa capacité à mentir de manière séduisante à travers des promesses aussi miraculeuses qu’irréalistes, je vous demande seulement qui est à blâmer ? L’élu manipulateur ou son électorat voulant croire au Père Noël ? Qui est le plus sot des deux ? De toute évidence, si nous nous prétendons victimes d’un système, nous ne le sommes en réalité que de nous-mêmes, dans notre incapacité à assumer nos choix personnels de manière cohérente.

  • Vous vous sentez dominés par la dictature patronale ? Devenez votre propre employeur !

  • Vous ne supportez plus la presse people ? Cessez de la cautionner en la lisant !

  • Vous ne trouvez pas le bonheur en amour ? Cessez de le confier à autrui !

  • L’exploitation de main d’oeuvre bon marché dans des pays émergents vous révolte ? Achetez local et acceptez de payer dix fois plus cher !

Par ces quelques lignes volontairement provocatrices, je souhaite simplement ramener chacun à sa propre responsabilité. Chaque parcours de vie est pavé de solutions, mais l’être humain est tellement enfermé dans ses institutions qu’il ne peut envisager sa propre autonomie. Il attend que la société lui donne un travail, le nourrisse, le protège, le rende heureux, décide à sa place, lui donne accès au divin… à tel point qu’il se conforte dans une sorte d’assistanat qu’il porte systématiquement responsable de tous ses maux et insatisfactions.

Rien ne vient de l’extérieur, et surtout pas le bonheur. Si notre vie ne nous plaît pas, nous pouvons toujours tenter de la fuir, mais où que nous allions, nos problèmes nous poursuivront, jusqu’au bout du monde. Rien ne pourra changer de l’extérieur si nous ne commençons pas par changer à l’intérieur. En apprivoisant nos difficultés sans les imputer à autrui, nous reconnaissons enfin notre propre implication et prenons conscience des solutions qui en découlent.

Tout est possible dès l’instant où nous ne nous constituons pas prisonniers d’un système, dès l’instant où nous assumons nos choix de manière cohérente et responsable. La personne qui assume un choix personnel, aussi douloureux soit-il, a infiniment plus de mérite que celle qui confie ses propres décisions à autrui pour mieux les critiquer ensuite. Une démarche sincère demande beaucoup de courage car elle est exempte de toute forme de lâcheté et de victimisation.

Ce contenu a été publié dans Réflexions, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.