Si je t’aime vraiment

Qui n’a jamais dit « je t’aime » à quelqu’un ? Pas grand monde sans doute, et pourtant qui aime vraiment en prononçant ces mots ?

« Je t’aime » est parfois une manière personnelle de se rassurer, une petite phrase lancée en harpon dans l’attente de l’affirmation réciproque ou d’un « moi aussi ». Il n’y a donc souvent rien de gratuit dans cette déclaration qui s’apparente plus à une prise d’otage qu’à une expression de sentiments profonds.

Pour ma part :

  • Si je t’aime vraiment, mes sentiments pour toi n’ont rien de conditionnel et bien évidemment s’il m’arrive de te l’affirmer par pur plaisir, je n’attends rien en retour, même pas ton amour, car l’amour n’oblige pas à la réciprocité.

  • Si je t’aime vraiment, je n’attends pas que tu me rendes heureux, car je sais que mon bonheur n’appartient qu’à moi. Je n’attends rien de toi afin de mieux me laisser surprendre, afin de ne pas t’en vouloir un jour de ne pas m’avoir offert ce que tu ne m’as jamais promis.

  • Si je t’aime vraiment, je ne cherche pas à t’influencer ou à te changer. Je savoure ta liberté, conscient du privilège de pouvoir enrichir ma vie du reflet de l’être différent que tu es. Tes différences deviennent mes remises en question, mes défis personnels.

  • Si je t’aime vraiment, je ne chercherai jamais à te rendre dépendant(e) de moi afin que tu te sentes pleinement libre de tes gestes et de tes choix. Car si nos chemins se croisent, je dois être sûr qu’en aucun cas ce ne soit par intérêt ou obligation.

  • Si je t’aime vraiment, ma seule préoccupation à ton égard est de te savoir heureux/heureuse et épanoui(e). Là où ton coeur te mènera, je me plairai à te regarder, à savourer tes joies, même si ton bonheur te distance un jour de mon chemin.

Ainsi je t’aime et je t’aimerai…

Ce contenu a été publié dans Réflexions, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Si je t’aime vraiment

  1. Mamzelael dit :

    Bonjour André,

    Cela fait quelques jours que je navigue sur ton (puis-je me permettre le tutoiement?) site, un peu par hasard… mais il n’y a pas de hasard… et je n’ai pas encore tout lu, mais que ce soit ta bio, ton article sur la prostitution domestique, ou celui-là, je me retrouve partout! (oui moi aussi j’ai quelques problèmes avec les lampadaires et l’électronique et encore aujourd’hui, cela dépend des périodes). Tout ce que tu dis sur l’amour dans cet article est si vrai! Mais tellement peu de personnes en ont conscience, ou veulent se l’avouer. J’avoue que ça rassure de voir qu’il y a d’autres personnes qui pensent et ressentent comme moi, parfois j’ai l’impression d’être une sorte d’extraterrestre sur cette Terre, trop souvent en désaccord avec l’espèce humaine et pourtant toujours pleine d’espoir. Bref, pour en revenir à l’amour, oui il ne doit rien attendre en retour, on aime une personne pour ce qu’elle est, pas pour ce qu’on voudrait qu’elle soit. On l’aime parce qu’elle nous touche par sa bonté, ses qualités, peut-être même aussi par certains défauts. On l’aime parce qu’on se sent bien avec elle et que l’on aime la voir heureuse, épanouie, en pleine santé,on aime pas la voir souffrir ou savoir qu’elle va mal, et l’on a peur de la perdre car elle est précieuse à nos yeux de par la valeur qu’elle a (pas forcément vis-à-vis de nous, mais la valeur qu’on lui trouve la rend précieuse à nos yeux). Et oui dire « je t’aime » est un acte tellement banal, que certain-e-s disent comme ça, sans y mettre tout leur âme, pourtant ce sont des mots qui doivent être ressentis tout au fond de nous et qui ne devraient pas sortir s’ils ne sont pas ressentis au plus profond de notre être.
    Merci pour ce site et ces messages qui bizarrement se collent à chaque fois parfaitement à ma situation quotidienne.
    A bientôt.

  2. En réponse à ce commentaire reçu récemment « Qui n’a pas envie d’être aimé par l’être tant chéri. L ‘Amour n’est-il pas un partage ? L’amour inconditionnel est source de souffrance… Je l’expérimente tous les jours avec ma fille ! » :

    • Je pense à l’inverse que l’amour conditionnel est source de souffrance.

    • L’amour conditionnel n’est en fait pas de l’amour, mais une attente déguisée de ce que l’on est dans l’incapacité de se donner soi-même.

    • L’attente ne peut mener qu’à la souffrance puisqu’elle se solde tôt ou tard par la déception.

    • L’amour peut être partagé, mais l’amour n’est pas le partage.

    • Lorsque l’on aime sans condition les personnes chères à notre coeur, cet amour nous revient toujours en retour, d’une manière où d’une autre, mais pas forcément tel que nous l’aurions imaginé.

Les commentaires sont fermés.