Etre en paix dans la tourmente

Comment être en paix dans un monde tourmenté dont les structures se désagrègent chaque jour un peu plus ? Est-ce possible ou même décent ? A mes yeux, la paix intérieure n’est pas un privilège égoïste que l’on s’accorde au détriment d’autrui, mais un état d’être choisi et nourri qui se transmet autour de soi de manière communicative. Trouver la paix en soi est la première étape incontournable de toute démarche, car nous le savons, rien de stable ne peut se construire sur la révolte. Il est tout simplement impossible de bâtir le moindre édifice sur un volcan en éruption.

Paix dans la tourmente Militer pour la paix est profondément antinomique, tout comportement réactif ne faisant que nourrir l’agitation ambiante. L’histoire de l’humanité le prouve très clairement : Contrer d’autres opinions, imposer sa morale et alimenter la polémique mène à tout, sauf à la paix durable. Toute paix imposée par la loi ou par les armes est semblable à un feu qui couve sous la braise, attendant la moindre brindille pour s’enflammer à nouveau. L’expérience démontre que la seule paix que nous puissions cultiver est notre paix intérieure.

Vouloir absolument « sauver le monde » est la pire option envisageable, car elle ne contribue qu’à alimenter le brasier. Cela revient à souffler sur le feu pour l’éteindre. Plus une nation s’engage à combattre ce qu’elle juge injuste, plus elle entre en guerre. Il est donc primordial de prendre de la distance afin de se détacher au mieux de la folie guerrière qui entraîne l’humanité à sa propre destruction. Cette attitude n’a rien à voir avec une quelconque indifférence ou insensibilité. Le recul et le détachement face à un conflit reviennent à priver l’incendie d’oxygène, permettant ainsi à la paix de s’installer durablement. S’entêter à vouloir pacifier une société en déconfiture est la manière la plus efficace de précipiter sa chute et de sombrer avec elle.

La paix intérieure est l’émergence de notre nature profonde. Elle ne se cultive donc pas dans l’action, mais dans l’intériorisation. Chacun y trouvera sa recette personnelle. Le contact avec la nature et la méditation sont sans doute les outils les plus efficaces puisqu’ils détoxifient notre mental tout en nous reconnectant à notre essence. Nous sommes tous libres de nous torturer l’esprit en alimentant le brasier, mais nous pouvons choisir également de déployer la paix au plus profond de nous, ici et maintenant. Notre état intérieur n’est pas le reflet subi de ce qui nous entoure, mais un choix purement personnel. Tous les obstacles que nous croyons rencontrer ne sont que prétextes. Seules nos croyances nous entravent dans notre quête de la paix intérieure.

  • Etre en paix ne nous coupe pas du monde ni d’autrui, mais nous amène à contempler avec le coeur, sans jugement.

  • Etre en paix, c’est être conscient à chaque instant qu’un monde meilleur ne peut naître que de l’expression de ce qui nous habite.

  • Etre en paix, c’est être détaché de toute attente de résultat et de toute forme de pouvoir visant à imposer sa propre vérité.

  • Etre en paix, c’est pouvoir mourir à chaque instant, sans regret et sans haine.

Ce contenu a été publié dans Réflexions, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.