Le vrai sens des responsabilités

Que signifie être responsable aujourd’hui ? C’est une bien vaste question…

Le fait de voter, de se réfugier derrière la loi et de remettre son pouvoir à des partis politiques et religieux n’implique pas forcément une attitude responsable. Responsabilité n’est pas synonyme de respect d’une institution humaine.

Responsabilité = cohérence

De nombreuses personnes passent leur temps à critiquer le monde dans lequel ils vivent, nourrissant la plupart du temps ce qu’ils jugent et accusent. Critiquer un journal est facile lorsqu’on l’achète tous les dimanches, mais surtout pas cohérent. Il en va de même pour de nombreuses émissions de télévision critiquées, mais pourtant suivies. Ces exemples banals et contradictoires surviennent dans une multitude d’autres registres…

Être responsable consiste tout d’abord à ne pas nourrir ce que l’on désapprouve. Et alors seulement responsabilité devient synonyme de cohérence.

Si je suis contre l’ouverture des magasins le soir, je ne m’y rends pas durant ces périodes. Mais combien de personnes opposées à cette pratique s’y déplacent quand même, pour mieux critiquer ensuite ? Nos comportements sont seuls responsables de tout ce qui nous entoure ! Aucun magasin ne va ouvrir le soir s’il n’est pas fréquenté. Aucun journal ne va exister s’il n’est pas lu. Aucune émission télévisuelle ne sera diffusée si elle ne fait pas d’audience… Tout ce qui nous entoure ne fait que répondre à nos demandes et non le contraire.

Nous « votons » à chaque instant dans chacun de nos actes, dans chacune de nos décisions. Voter n’implique pas de se rendre aux urnes lors de grandes occasions, mais bien de manifester par l’expression de nos convictions profondes chacun de nos choix quotidiens.

Obliger ou interdire nourrit l’irresponsabilité

Les lois rendent-elles les hommes meilleurs, plus justes ou plus responsables ? Je ne pense pas. Elles frustrent pour la plupart, déresponsabilisent, donnent bonne conscience et transforment l’être humain en mouton de Panurge, prêt à tout lorsqu’il est couvert par « l’autorité supérieure ». Les guerres n’en sont-elles pas le pire exemple ? Qui est responsable d’un génocide ? Le dirigeant bouc émissaire ou chacune des personnes impliquées ?

Alors je ne vous invite bien sûr pas à l’anarchie, mais juste à écouter vos propres lois intérieures, celles émanant de votre coeur, dans le respect et le non-jugement, puis de les appliquer dans votre quotidien.

Ne faites rien parce que « tout le monde » le fait, faites-le parce que cela correspond à vos aspirations profondes. Peu importe les autres, commencez déjà par vous-même, à nourrir de cohérence chacun de vos actes, chacune de vos pensées : Vous n’aimez pas la débauche de cadeaux durant la période des fêtes, alors ne passez pas votre temps dans les commerces y participant.

Nous ne pouvons changer les autres ou changer le monde, et encore moins par des lois que l’on impose, aussi justes paraissent-elles à nos yeux. Vous êtes responsable de vous et de tout ce qui découle de votre personne. Ne négligez pas le coté « contagieux » de vos comportements. Il est préférable d’inciter les gens qui vous entourent par votre exemple, même s’il est parfois dérangeant, que de penser changer le monde en imposant des lois, des obligations et des interdictions. Il importe peu que nous fassions de grandes choses, être responsable consiste simplement à accomplir chacune de nos tâches quotidiennes avec grandeur.

Pas besoin de performer à vouloir changer ou sauver la planète. Avant de dénigrer tout ce qui ne va pas ( à vos yeux ) chez les autres, commencez par vous-même. Vous verrez, c’est nettement plus inconfortable de faire le ménage devant sa porte que de critiquer le désordre présumé chez les voisins.

Être responsable

Être responsable, ce n’est pas assumer une liste d’obligations. Être responsable, c’est reconnaître et assumer toutes les implications, les conséquences de nos comportements et de nos choix à l’échelle de l’univers. Être responsable, c’est être cohérent dans chacun de nos actes. Être responsable, c’est ne jamais se comporter en victime, accusant l’autre de notre malheur. Être responsable, c’est commencer par se respecter soi-même pour mieux respecter autrui. Ainsi naît la vraie responsabilité qui n’a absolument rien à voir avec le sens de l’obligation et du respect aveugle et rassurant d’une institution, d’un gouvernement ou d’une église.

Il n’y a qu’une seule personne au monde que vous puissiez changer, c’est vous-même ! Alors faites-le en être responsable de vos actes.

Menu récapitulatif des thèmes abordés

Ce contenu a été publié dans Réflexions, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le vrai sens des responsabilités

  1. Mamzelael dit :

    Bonjour,
    Je suis tout à fait d’accord avec tout ce qui est dit ici. On ne peut changer le monde, mais on peut contribuer à le rendre meilleur, en étant soi-même en accord avec nos propres valeurs. Aller au bout de nos principes, même si cela dérange les autres, car, pour le vivre régulièrement, être en cohérence avec nos valeurs peut déranger les autres car on leur montre une façon de vivre, une cohérence d’idée et d’acte qui les confrontent à leur propre incohérence. Par exemple, je suis végétarienne car je ne supporte pas la souffrance animale, c’est un choix personnel et mûrement réfléchit. Il me paraît aberrant de continuer à nous nourrir de viande et à tuer des animaux, à les faire souffrir alors que nous pouvons nous alimenter autrement. Mais ceci est MON choix, il est en cohérence avec le profond respect que j’ai de la vie, de toute forme de vie. Je n’impose pas mon choix, aux autres, je ne leur demande pas de changer leur alimentation et de faire comme moi, pourtant, je suis souvent confrontée à des réflexions du type « le cri de la carotte ». Cela me donne à chaque fois l’impression que mes actes leur renvoient une image d’eux-même qu’ils ne supportent pas et par conséquent il me demande d’entrer dans le moule car il est trop difficile pour eux d’en sortir. Ma cohérence les renvoient à leur propre incohérence et cela dérange. Il en va de même avec le fait que je n’ai pas de télévision par choix personnel, je ne la regarde pas car elle ne diffuse pas de programme intéressant à mon goût, autour de moi j’entends beaucoup de critique de la télévision, on me dit que j’ai raison, mais pourtant ces personnes continuent de regarder les programmes même qu’ils critiquent. Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais… Et bien moi je dis: Faites ce que vous voulez, mais moi je fais ce que je dis.

Les commentaires sont fermés.