Tous égaux, enfin presque…

Nous vivons dans un monde curieux où le fait de porter un regard critique à l’égard de nations, de pouvoirs politiques ou religieux est plutôt banalisé. On appelle cela la liberté d’expression, un bel idéal qui le serait encore plus s’il n’était pas à deux vitesses. Si j’affirme aujourd’hui qu’il existe des suisses répugnants, des musulmans répugnants ou encore des chrétiens répugnants, personne ne va me contredire, puisque j’évoque une simple réalité. Mais dès l’instant où j’évoque l’idée de juifs répugnants, alors je franchis un pas dangereux, même si tout le monde est bien conscient qu’aucun peuple n’est vacciné contre la folie humaine.

Si des juifs ont été enfermés dans des camps de concentration au milieu du siècle passé, je trouve qu’ils ne sont pas moins enfermés aujourd’hui dans le rôle de victime, comme si en compensation des atrocités subies, ils étaient devenus intouchables. Ainsi, chaque critique à l’égard d’un être de nationalité juive est rapidement associée à de l’antisémitisme. Et pourtant l’histoire nous rappelle que des centaines de millions d’êtres humains ont été persécutés et exterminés sans que cela n’éveille à ce jour une pareille susceptibilité.

En effet, les nazis sont loin de détenir le monopole du génocide : D’un coup de bombe atomique les bons états-uniens ont balayé deux cent mille vies civiles nippones pour la bonne cause. Les honorables chrétiens sont partis en croisade exterminer le mal par le feu et les tortures abominables. Des conquérants s’en sont allés répandre la liberté en éradiquant l’indien d’Amérique, un animal sauvage hostile au sain développement du nouveau continent…

Bref, loin de moi l’idée de poursuivre ironiquement cette liste macabre qui pourrait s’étendre ainsi sur de nombreuses pages et totaliser bien plus de massacres (pas moins atroces et vicieux) que ceux commis à l’encontre du peuple juif. Il est juste intéressant de constater que tous leurs auteurs n’ont pas été poursuivis pour « crimes contre l’humanité ». La notion de « bons » et de « méchants » est finalement très subjective.

Au delà de toute l’hypocrisie des beaux discours politiques dénonçant la discrimination, on ne peut que constater dans les faits, qu’aujourd’hui encore, chaque être selon ses origines, sa fortune et son appartenance religieuse n’a pas la même valeur humaine que son voisin. Je trouve que le fait de victimiser le peuple juif à outrance en lui conférant une sorte d’immunité est sans doute le pire service qui puisse lui être rendu, car c’est une manière différente à mes yeux de le maintenir dans un ghetto, attisant un peu plus encore le sentiment d’inégalité et d’injustice entre les nations.

Vous l’aurez compris, moi qui prône la richesse dans la diversité, je n’ai aucun parti pris. Je suis simplement attristé que chaque être humain ne puisse vivre à ce jour en simple citoyen d’une même terre.

Ce contenu a été publié dans Réflexions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Tous égaux, enfin presque…

  1. Manu dit :

    Encore provocateur! J’adhère totalement à ton principe de ne pas avoir d’apriori envers une personne quelle quelle soit en raison de sa religion, niveau de richesse, couleur de peau, préférence sexuelle, etc., mais je trouve que viser les juifs dans ton discours (comme tant de personnes le font, même si dans ton cas, c’est par souci d’égalité) leur porte préjudice une fois de plus, et, je trouve, fait justement le contraire de ce que tu souhaites – leur donne un statut « privilégié » qu’ils ne méritent pas et qui suscite peut-être bien même de l’antisémitisme. Les juifs demandent juste qu’on les laisse tranquils. Si quelqu’un lisait que les 2 premiers paragraphes de ton texte sans mieux connaître ta philosophie de vie, il pourrait bien te prendre pour un antisémite, ce que nous savons n’est pas le cas. Le judaisme n’est pas une nationalité. … Et tu vas peut-être dire que le fait que ton texte me dérange prouve ce que tu es en train de dire, mais je trouve qu’il faut arrêter justement de les sortir du lot. Ils ne sont pas différents des autres (ni meilleurs ni pire) et ce n’est pas eux qui se donnent une position privilégiée, mais ceux qui les désignent en tant que tel. A la base, en occident, nous sommes presque tous juifs quelque-part dans notre lignée ancestrale, mais surtout tous humains avec nos lumières et nos côtés sombre. C’est peut-être bien une mauvaise conscience collective, qu’une telle atrocité ait pu arriver « chez nous » au sein même de l’Europe, et, ne l’oublions pas à d’autres minorités qui n’entraient pas dans les normes jugées acceptables par Hitler, qui fait que nous les traitions différemment. Mais il serait grand temps, pas d’oublier, mais de nous pardonner et de guérir collectivement et de passer au thèmes d’aujourd’hui et maintenant.
    Au plaisir de te relire …
    Emmanuelle

Les commentaires sont fermés.